Revenir en haut
Aller en bas

Lagoon Law

Dans notre futur des hommes ont obtenus des pouvoirs, dans une ville, un groupe fait des recherches sur eux. Ils dirigent la ville et créer une société sectaire divisé en trois groupes. Rejoignez nous !
 
AccueilDerniers sujetsCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Sang précipitation [pv Ely]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar




Messages : 160
Date d'inscription : 04/05/2012
Age : 23

Feuille Personnage
Pouvoir : Horloger Horloger
Relations:
Rp hentai/yuri/yaoi :

MessageSujet: Sang précipitation [pv Ely]   Ven 10 Aoû 2012 - 14:07

Se massant le crane distraitement, une paire de lunette ronde a la monture fragile et discrète posée de façon précaire sur le bout de son nez ( et menaçant de s’écraser sur les interminables listes qu'elle consultait) la jeune femme donnait plus que jamais une image de surmenée.
Mais ce n'était qu'une apparence bien entendu. Elle pouvait encore travailler des jours et des jours sans aucuns problèmes!
Clignant plusieurs fois des yeux, elle retira la paire de lunette pour la poser sur le secrétaire en bois sombre qu'elle occupait. Elle n'avait pas encore tout a fait terminé le travail qu'elle s'était imposée ... long et fastidieux bien sûr. Et pour tout dire, il n'avait rien d'intéressant. Mais elle mettait un point d'honneur a le réaliser avec sérieux puisqu'elle refusait l'idée même de laisser quelque chose au hasard ou a peine surveillé dans son secteur.
Elle avait déjà pu mainte fois constater qu'un détail pouvait avoir de sacret conséquences. Et les conséquences, elle ne les aimait pas lorsqu'elles n'étaient pas désirées, voir dangereuses.

S'étirant pour la première fois depuis trois heures et vingt minutes tout pile, Iris entendit son corps entier craquer sous le changement impromptu de position. Se frottant les yeux avec lenteur, elle se leva enfin. Deux choix s'offraient a elle. Se chercher un café pour continuer sa paperasserie ou faire une pause que l'on aurait pu jugé de nécessaire mais que, elle, aurait qualifié de frivole.
Enfin... il y avait peut être moyen de transformer cette pause en nécessaire... son dos criait grâce. Et elle n'avait plus de coussins suite a un regrettable accident impliquant du tapage nocturne, un groupe de jeune cons de fils a papa et son bien aimé feu monsieur oreiller.
Se trainant jusqu’à sa cuisine,( qui était a l'image du reste de l'appartement, c'est a dire quasi entièrement décorée avec des moulures en bois, de tapis et de lampes diffusant une lumière chaude. A la hauteur d'un saut dans le passé mais modernisé, donnant une vue incomparable sur la ville) elle se contenta d'un verre d'eau en contemplant son reflet dans la vitre qui faisait face au robinet.
Elle aurait du réfléchir a deux fois avant d'utiliser son précieux ami comme arme. D'abord comme arme de jet puis comme arme de poing, elle l'avait rendu hors d'usage pour quelque chose d'aussi réparateur que le sommeil.
Les traits un peu tirés, ses beaux yeux dorés voilés par la fatigue et une ombre se dessinant sous eux, il était clair qu'il lui en fallait un nouveau. Il était aussi clair qu'elle devait aussi dormir... tout simplement.
Mais pas tout de suite.

Empoignant son gros sac de cuir vieillit, qu'elle ajusta sur son épaule, deux bons poignards qu'elle se contenta de glisser dans un étui a sa ceinture, lui même dissimulé par son long manteau, elle noua rapidement sa chevelure de neige en une queue de cheval et attrapa une paire de bottes souples qu'elle enfila en y glissant un autre poignard "au cas ou". Vêtue d'un petit pull vert sapin et d'un jean noir, le tout était assez chaud pour une journée qui promettait d’être fraiche.
Dehors le soleil brillait timidement et un petite brise soufflait. Rien de bien méchant lorsqu'il est a peine dix heure.
Étouffant un bâillement, elle ferma sa porte avec un dispositif de sécurité d'apparence basique mais qui était l'un des plus sophistiqué qu'elle ait pu trouvé hors marché. Il devait valoir a lui seule la valeur de son domicile. Mais il en valait le coup. Paranoïaque? Oui. Son pied a terre était un lieu saint a ses yeux, elle était la seule a pouvoir y mettre ne serait ce que le bout d'un orteil.
Le peu d'informations que l'on avait sur elle était un précieux atouts. Tournant prestement les talons, elle s’enfonça dans les dédales de rues et ruelles pour rejoindre l’artère principale après avoir dégringolée une volée de marches.

D'un pas vif, son allure lui permit de rejoindre la zone commerçante en une vingtaine de minutes.
Il n'était pas rare d'entendre des personnes de son rang se plaindre de cette zone. Trop de voleurs, de banditisme, parfois de vandalisme aussi. Mais ce dernier était rapidement effacé par les commerçants qui tenaient a la propreté de leur lieux de travail.
Pour Iris Izeur, chef du bureau des expéditions et réprimandes de la MAL, ce lieu était l'un des plus beau. Il régnait ici un... air différent. Quelque chose d'origine pourrait on dire.
Sans déborder dans le luxe ni donner une image de misère que certains quartiers pouvaient donner, cette zone était d'une authenticité rare où tout se mêlait, donnant un caractère vivant à cette zone.
Ici, la classe a la quelle on appartenait n'existait plus. Seul le marchandage et commerce était roi.
Rentrant doucement dans la foule bigarrée déjà imposante pour un début de journée, Iris se laissa a sourire. Un énorme marché s'était installé.
Affermissant sa poigne sur son sac, elle marcha lentement dans sa direction pour regarder les étalages que les marchands proposaient. Il y avait parfois de superbes surprises qui valaient bien un détour.
Des effluves de nourritures embaumaient le marché, des cris, des rires, des éclats de voix pour héler les passants tout était si différent.
S’arrêtant a un étalage ou de superbes bijoux étaient fièrement exposées, la jeune femme les contempla avec curiosité.
Le vendeur tenta d'ailleurs sa chance.

- Si je puis me permettre! Je vous conseille cette superbe pince a cheveux! Argent et bronze, un superbe ouvrage qui irait très bien avec vos jolis yeux et cheveux!

Levant le visage vers lui, celui ci lui fit un clin d’œil. Un air débonnaire, une imposante moustache, il connaissait très bien son métier. Lui adressant un sourire, elle lui répondit avec sympathie.

- Je ne porte jamais ce genre de pince... trop encombrante. Et mes coiffures n'en ont pas besoin.

Les yeux de l'homme fixèrent sa main gantée posée sur le sac. Son œil expert lui donna les informations qu'il n'avait pas prit la peine de chercher chez cette jeune personne. Se tournant vers des coffres, il farfouilla quelque seconde pour sortir une grande épingle en bronze et argent également, superbement décorée mais... dangereusement pointue.

- Même pas une petite épingle a chignon?

Sacrebleu... petite épingle? Poignard oui! Mais il avait réussi a capter son attention.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lagoonlaw.superforum.fr/t51-iris-izeur-portable

avatar



Admin fainéant mais gentil.

Messages : 259
Date d'inscription : 03/05/2012
Age : 23
Localisation : Zzzzzz°

Feuille Personnage
Pouvoir : Joueur Joueur
Relations:
Rp hentai/yuri/yaoi : Contre

MessageSujet: Re: Sang précipitation [pv Ely]   Sam 25 Aoû 2012 - 23:31

Une mer rousse s'étendant sur du sable blanc, totalement blanc, se heurtant à des rocs tout aussi blanc, mais ses rocs s'étendaient sur le sable dans une pose presque surnaturelle, oui, cet homme qui dormait semblait démembré, sa peau blanche se fondait dans les draps blancs de son lit. Seul ses cheveux roux vivaient. Ils semblaient accrochés au reste de l'être, comme quelque chose d'étranger au corps. Sous ses cheveux se dessinait un visage des plus doux, fin, apaisé, loin de tout drame et tout malheur. Les paupières closes sans la moindre forces, juste close, comme s'il ne faisait que reposer ses yeux. Au delà de cela, ce corps tordu prenait des formes tel qu'il ressemblait à une poupée démembrée, désarticulée. Pourtant, dans ce lit blanc, l'homme se releva lentement, s'extirpant d'un sommeil de plomb. Il ouvrir une porte placé en face de son lit, cela laissant une vue sur un dressing incroyablement grand, il prit un temps important à choisir consciencieusement les vêtements qu'il allait porter. Un pantalon noir, serré, ne possédant qu'une seule et unique poche. Un t-shirt à manche courte, rouge, avec des motifs de lignes verticales, des petites lignes qui serpentaient, d'un rouge un peu plus sombre que le reste. Avec cela, il prit un veston sans manche il le passa par dessus, puis en changea, il pris exactement le même, mais noir, en effet, le précédent était d'un jaune poussin particulièrement criard et laid. Il pris ensuite des gants, non des mitaines, des mitaines en soie rouge. Il finit par prendre un chapeau haut de forme et le visser sur sa tête. Il ressortit du dressing en claquant violemment la porte derrière lui. Il observa alors sa chambre, les murs, un à un, il cherchait quelque chose partit les nombreux tableaux de sa sœur qui était accroché, c'était bon, il l'avait trouvé, un tableau taille réelle, il s'approcha de l'image de sa sœur et s’inclina en ôtant son chapeau, déclarant doucement qu'il était heureux de voir une si belle jeune femme, mais qu'il devait la quitter, que la nature le réclamait. Il remit alors son chapeau et sortit de sa chambre et de son domaine.

Pour toute personne logique, ce réveil au petit matin aurait symbolisé une dure journée de travail qui allait débuté, pour Elyin, les choses étaient toutes autres, il s'agissait d'une journée d'amusement et de fête, il ne voulait pas aller travailler aujourd'hui, il voulait s'amuser, comme toujours, évité ses devoirs, ses attributions, resté un éternel adulescent, refusant toute autorité, toute logique, tout idée qu'on lui imposait. Il était toujours le même. Sa journée commençait ainsi il se dirigeait vers un petit café où l'on vendait des cappuccinos au chocolat blanc, il les jugeaient paradisiaque. Mais avant tout il s'arrêtait toujours dans une boulangerie, exactement la même à chaque fois qu'il évitait ses attributions. Il parlait toujours à cette adorable petite vendeuse aux yeux verts dont les cheveux d'un noir bleuté parait avec splendeur et grâce la beauté de son visage fin et pale. Elle portait un tablier marqué de l'enseigne de la boulangerie. Il ne pouvait jamais se lasser de la profondeur de ce regard rendu presque hypnotique grâce à un maquillage des plus léger. Il lui demandant toujours un rendez vous et elle répondait toujours qu'elle sortirait avec lui le jour ou sa boulangerie sera vide. Il trouvait ce trait d'esprit très fin, il lui plaisait était bizarrement curieux d'en savoir plus à propos de cette jeune femme qui semblait intelligente. Il poursuivait son petit rituel en allant sur la terrasse du suscité café, la, il commandait toujours le même suscité cappuccino et comme à la boulangerie, il réclamait la même serveuse, toujours cette même jeune femme qui venait avec un sourire radieux et une mine réjouie. Et encore une fois, comme tout le temps, il lui proposait de partager ce cappuccino, alors elle répondait qu'elle accepterait avec un plaisir non dissimulé, mais que malheureusement elle ne pouvait prendre de pause, elle ajoutait que lorsqu'elle finirait son service elle serait d'accord, puis en s'éloignant, elle se retournait tout le temps et déclarait qu'elle savait qu'il ne serait pas la à la fin de son service. Il aimait cela aussi, il n'avait jamais eu le courage pourtant de rester la. Il s'en retournait toujours ailleurs involontairement certes, mais c'était toujours le cas. Tout en sirotant son cappuccino et en trempant doucement sa brioche dedans tout en observant clients et clientes. Il faisait cela jusqu'à ce qu'il finisse sa tasse ou qu'une cliente attire son attention, ce jour la, ce fut une cliente, rousse tout comme lui, une tenue exubérante, des chaussures très hautes, ornée de métal, une jupe ainsi que des chaussettes hautes noires et blanches. Des chaînes sur sa jupe semblait être la pour décoré. Un petit lapin noir et malmené accroché à son téléphone et dessiné sur le cahier qu'elle tenait. Son haut n'était en fait qu'un corset c'était assez plaisant à voir, ainsi, Elyin ne put s'empêcher d'aller la, voir, il demanda simplement à pouvoir s'asseoir à ses cotés, puis discuta jusqu'à entendre qu'elle était dessinatrice, il put voir de nombreux et magnifiques dessins dans le cahier qu'elle transportait, sans attendre il lui demanda un portrait, sans réelle motif pour dire non, la jeune femme accepta souriante et s’exécuta. Peut après cela, il proposa à la jeune femme de ce revoir au même endroit et disparut. Il avait décidé de s'amuser de se promener, il quitta donc ces lieux pour se promener ailleurs.

Le quartier commerçant, c'était un bon endroit, il y avait de nombreuses jeunes femmes et de nombreuses bagarres, il était amusant de voir les gens se disputer des choses futiles, de plus les effluves de nourriture le mettait toujours en appétit, peut être que ce soir, finalement, il irait voir son amie serveuse qui partageait la même chevelure que lui, mais se détonnait par des yeux noirs aussi sombre que l'ébène ou le jais. Il aimait aussi ce petit visage poupon même légèrement grassouillet qui lui offrait des petites joues bombées et à croquées. Il aimait aussi ce petit sourire fier et sur d'elle qu'elle arborait à chaque conversation, mais peut importait pour l'instant, non, en ce moment il ne désirait que se promener à gré et vent sans réel but. Étrangement, le jeune homme arrogant ne cherchait pas à s'afficher, il ne prenait que de petites ruelles il n'aimait réellement pas la foule car il se sentait souvent observer, il se sentait souvent persécuté, il avait la perpétuelle impression que les gens étaient en train de l'observer d'une façon curieuse. C'est pourquoi il préférait se promener à travers des lieux plus isolés sans pour autant se priver des plaisirs olfactif ou visuel qu'offrait ce quartier. C'est en faisant ce petit voyage à travers les ruelles qu'il pu croiser un jeune garçon et son frère, le plus jeune pleurait à chaude larmes, cela offrit comme un relent amer de souvenir à Elyin, il avait l'impression de revoir sa sœur le protéger pour qu'il puisse jouer avec lui. Mais la pour ces deux enfants, il s'agissait de survivre, l'homme ne put s'empêcher de tenter d'aider ses jeunes enfants, il s'adressa au plus grand des deux, une douceur rare pour lui dans la voix.


-Pardonne moi petit, mais qu'arrive-t-il à cet enfant ? Ton frère je suppose.

-Il voulait qu'on achète un jouet mais il faut économiser pour l'argent.

-Je vois, suivez moi, je vais vous offrir les deux.


-Monsieur c'est que, non, cela n'est pas bien.

-Peut importe, venez vous dis-je.

Sans autre cérémonie Ely tira les deux enfants par les bras jusque devant un petit restaurant, la il commanda de la nourriture à emporter qu'ils leurs donna, les enfants furent sous le choc à la vue de la carte de l'homme qui venait de les aider, il demanda ensuite à être conduit jusqu'au fameux marchant de jouet. Sans la moindre conversation ou protestation on l'y emmena, la il pris le jouet, le grand frère dit au petit de rentrer, et remercia Elyin d'une façon plus que surprenante, il venait de le serrer dans ses bras avant de s'enfuir en bousculant les gens, cet à ce moment que la tête rousse compris que quelque chose n'allait pas, il se mit alors à hurler en tentant malgré sa faiblesse chronique de courir après le petit pillard.


-Attends, reviens par ici, qu'est ce que tu m'as pris espèce de petit voyou.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lagoonlaw.superforum.fr

avatar




Messages : 160
Date d'inscription : 04/05/2012
Age : 23

Feuille Personnage
Pouvoir : Horloger Horloger
Relations:
Rp hentai/yuri/yaoi :

MessageSujet: Re: Sang précipitation [pv Ely]   Ven 7 Sep 2012 - 9:48

Son sac quitta son épaule pour venir s’écraser dans un bruit sourd entre ses jambes. Tendant les mains devant le marchand, elle récupéra l’épingle qu'elle se mit à détailler.
Il était certain qu'il s'agissait d'une pièce a la hauteur des plus grands artisans de la capitale. Sa beauté cachait efficacement la fonction redoutable a la quelle, elle pouvait servir.
Faisant passer un index ganté sur de minuscules détails, elle admira les dessins qui s'enroulaient autour de la grande aiguille. Des fruits, des feuilles, tous ces dessins avaient été réalisés avec une intention toute particulière.
De temps en temps une minuscule pierre d'ambre venait incruster le bronze pour orner un détail.
Son examen son porta finalement sur la pointe. En argent. Passant son doit sur celle ci, elle put tout de suite sentir qu'elle avait été aiguisée. Elle retira la main.
Sous le regard bienveillant et confiant du marchand qui lui fit un geste de la main, elle retira le gant de sa main droite avec ses dents et attrapa ses cheveux pour en faire une torsade. Avec l’épingle, elle enroula sa chevelure autour de l'objet qui mesurait une bonne vingtaine de centimètres et l'attacha.
Attrapant le miroir que lui tendait son vendeur, elle put admirer a sa guise la coiffure. C'était effectivement très tentant...
Se baissant pour récupérer son bien, elle farfouilla a peine quelque secondes et en sortie son badge que le marchand observa la bouche en coeur. Ce fut avec son meilleur sourire qui s'accordait avec merveille avec sa fabuleuse moustache, qu'elle le quitta.

Elle avait faim... très faim. Elle se laissa donc naturellement guider par son odorat en direction d'un stand ou de délicieux parfums s’échappaient.
Des plats posés sur des grandes feuilles étaient disposaient sur des charbons tièdes, offrant un magnifique visuel a tout affamés. La vieille femme qui le tenait ne souriait pas, ses yeux s'en chargeaient pour elle. La jeune femme la soupçonnait d'ailleurs de ne plus avoir beaucoup de dents.
Attrapant une haute chaise, elle se hissa dessus en présentant son badge rapidement. Elle ne se fit pas attendre pour sectionner un plat constitué de volaille, d'un risotto et d'une sublime sauce aux champignons.
Elle commença a mâchonner une bouchée en laissant son regard divaguer autour d'elle.
Il y avait deux autres clients.
Un agent de la MAL, indiquait le badge épinglé fièrement sur sa poitrine. Un gaillard plus vieux qu'elle de quelques années seulement avec des mains puissantes maniant sa fourchette sans maladresse.
Le second était un homme plus âgé que tous deux, d'une vingtaine d'années. Des plis soucieux avez creusé des rides profondes, prématurément. Iris s'amusa l'espace de quelques minutes à deviner son métier. Des habits austères et communs, une légère barbe de quelques jours.. sa main gauche jouait avec son couteau inlassablement. Un scientifique? Nooon! Ce genre de personnes ne se mêlaient pas a ce genre de marché!

Lorsque son regard se porta de nouveau sur son assiette, elle constata qu'elle en avait déjà mangé la moitié. Et son estomac continuait de la tourmenter.
Pourtant elle n'eut pas vraiment l'occasion de s'y intéresser de nouveau de plus près.
Un son, une femme poussant un petit cri de surprise hors de son champ de vision.
Un geste, un marchand laissant échapper quelques pommes de son panier en se faisant bousculer plus loin.
Et enfin elle repéra la source de ces anomalies.
Se laissant glisser a terre, en ne prenant pas la peine de récupérer son sac, elle enfonça ses mains dans les poches en se focalisant sur un jeune qui arrivait a toute allure dans sa direction.
Son regard d'ambre se posa alors inexorablement sur ce qu'il tenait contre lui en essayant de le dissimuler. Un badge.
Prenant a son tour de l’élan, elle se mit a trottiner vers lui en sortant les mains de son manteau.

- Irviiiiin!!

Mimant a la perfection... la grande soeur? l'amie? chacun y verrait ce qu'il voulait, elle se précipita vers lui en se composant un visage d'esseulée.
Elle eut le temps de voir le visage catastrophé du garçon qui tentait de regarder derrière son épaule avant de l'attraper a bras le corps et de le serrer contre elle, une main posée sur son crane, le pressant contre elle. Les yeux embués, elle continua son cirque.

- Comme tu m'as manqué! Comme tu as grandis! Tu sais a quel point j’étais inquiète, ne plus te voir pendant si longtemps et puis tu sais...

Continuant ainsi pendant une bonne dizaine de minutes, les badauds se détournèrent du spectacle qu'ils offraient. Ils ne représentaient plus aucune source de curiosité. Ils étaient deux parents ou amis se retrouvant, la scène avait été jouée, celle qui allait suivre n'était pas intéressante.
Croyaient ils.
Si ils avaient été plus attentifs, certaines choses auraient du les interpeller. Comme le regard ahuri et agacé du garçon qui essayait de se défaire sans grand succès de la poigne étonnement ferme de la jeune femme.
Ou encore le fait qu'elle n'avait plus les cheveux attachés.
Collant sa joue contre le crane du garçon qui essayait de moins en moins de bouger, elle changea de discours, chuchotant des paroles destinées qu'a lui seul, continuant a chatouiller ses cotes de l'épingle qu'elle avait achetée.

- Tu vas gentiment glisser ce badge dans la poche de mon manteau et m'accompagner jusqu’à la personne que tu as volé. Elle jugera d'elle même quelle sera ton sort. Et si j'ai pris la peine de jouer cette comédie c'est pour t’éviter une scène musclée avec le monsieur la bas qui semble adorer faire du zèle alors tiens toi tranquille.

Elle désignait bien entendu le deuxième agent de la MAL qui mangeait tranquillement. Elle savait que c'était le genre de type a ne pas faire de distinction entre enfant et adulte.
Attrapant le bras du garçon, qui avait viré au blême, sans déloger son arme improvisé de ses cotes, elle marcha fermement avec lui sur quelques mètres avant de se retrouvez nez a nez avec un homme qui était au bord de l’évanouissement.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lagoonlaw.superforum.fr/t51-iris-izeur-portable

avatar



Admin fainéant mais gentil.

Messages : 259
Date d'inscription : 03/05/2012
Age : 23
Localisation : Zzzzzz°

Feuille Personnage
Pouvoir : Joueur Joueur
Relations:
Rp hentai/yuri/yaoi : Contre

MessageSujet: Re: Sang précipitation [pv Ely]   Sam 22 Sep 2012 - 16:29

Elyin commençait à perdre espoir,l'enfant se glissait bien mieux dans la foule que lui, il commençait à fatigué, il ne parvenait plus réellement à courir, c'était quelque chose qui le gênait réellement, il n'en pouvait plus, il toussait, il finit par s'arrêter désespéré, comment allait il faire, c'était la sixième qu'il perdait, on allait renforcer la sécurité pour l'empêcher de se promener durant ses heures de travail s'il ne la récupérais pas, c'était un drame, il allait devoir se plier au devoir qui était le sien, il ne voulait pas, réellement pas, cela lui déplaisait à un point tel qu'il aurait aimé pouvoir frapper ce petit bandit, malheureusement c'était trop tard, il était résigné, il avait compris qu'il n'avait plus la moindre de chance que de le rattraper, le scientifique marchait désormais comme si le monde entier l'accablait, les épaules basses, le désespoir lisible sur son visage, il traînait des pieds tout en laissant échapper de long soupir. Il ne faisait même plus attention aux gens qu'y se trouvait alentour, il se glissait comme un serpent dans une masse informe, quand soudain, comme par miracle apparut à ses yeux une vision salvatrice et incroyable, il reprit soudainement couleur et espoir, il semblait rayonnant, le garçon était la, une jeune femme était semble-t-il en train de le conduire. Sans attendre Elyin se précipita presque sur l'enfant, instinctivement il attrapa le garçonnet par le col de ses vêtements mais fut forcer de lâcher prise bien vite n'ayant la force de le soulever, il se calma presque aussitôt, il ne lui servirait à rien de s'énerver, c'était une peine perdu, une idée déjà passé, il pourrait récupérer sa carte, maintenant tout était réglé, mais une chose au fond de lui réclamait vengeance, punition, faire en sorte qu'il ne recommence jamais à mordre ou attaquer la main qui le nourrit, oui, il voyait cet enfant comme un chiot à dressé, un animal sauvage qu'il fallait dompter et mater.

Durant un cour instant Elyin se gratta les cheveux nonchalamment sans faire attention à l'enfant, il ne faisait d'ailleurs toujours pas attention à la femme qui l'avait ramener, il s'en moquait presque, soudain, il se rendit compte de son impolitesse incroyable, il se décida donc de s'excuser de cela dans les plus bref délais, il refusait lui même d'être si impoli, il ne s'empêcherait tout de même pas d'effrayer l'enfant au plus ou point, mais comment, pour l'instant il ne savait pas réellement, il avait tout d'abord comme projet de remercier la jeune femme au cheveux argent qui se trouvait la. Il pris tout de même son temps encore exténué de sa petite course à travers les rues. Une fois son propre souffle contrôlé, il pris la parole.



-Je vous remercie Mademoiselle de m'avoir rapporté ce petit délinquant, il s'avère qu'il s'est joué de moi d'une façon peut décente.


Il se pencha alors vers le jeune délinquant et l'observa de son grand œil bleu, un regard froid, direct, glacial, il semblait vouloir transpercer l'enfant de ses yeux et ce sans la moindre pitié, il réfléchissait tranquillement cependant, dans son esprit tout s’emboîtait parfaitement comme les rouages d'une horloge. Un petit sourire se dessina alors sur ses lèvres, un sourire sadique, laissant entrevoir quelque une de ses dents, son regard se froncis et devint plus dur, il déclara alors avec une voix basse, mais claire, direct, simple.

-Petit désormais tu viendra avec moi, je vais t'emmener au Lagoria, et la, je ferais de toi un nouvel être. Tu deviendra le sujet le plus grandiose qui soit, tu auras des pouvoirs que j'ai crée, malheureusement pour cela il faudra en payer le prix, tu souffrira sûrement des jours durant, tu perdras probablement un membre ou deux, quelque une de tes capacités intellectuelle, mais tu deviendra un exemple de la science. Écoute moi bien, je te trancherais probablement ici et la.

En déclarant cela il passa le bout de son doit sur le ventre du garçon, puis de l'épaule à la hanche de l'enfant. Il repris ensuite avec un plaisir non dissimulé.


-Je pense t'offrir quelque chose comme le don d'empathie ultime, tu prendra tout ce que les gens ressentent ou possède au fond d'eux, les maladies, les maux, la souffrance, l'horreur, leurs malheurs et ce de façon incontrôlable, qu'en dis tu, veux tu m'accompagner cela sera une bonne compensation pour ton crime n'est il pas ? J'ai un ou deux autres choix pour toi si tu veux, pourquoi ne pas devenir un être cybernétique, je t'offrirais un mode de vie que tu n'auras jamais vu, d'abord j'arracherais ton cœur et y mettrait une horloge, tu agira selon l'heure, tu vivra selon divers mode, ou alors un autre pouvoir celui de pouvoir séparer ton corps en divers morceau, ne serais pas amusant, bon je doute que tu puisse le contrôler.


Il se mis alors à rire à gorge déployée et se releva avant d'observer celle qui l'avait sauver, il eu un petit sourire. Il se plaça convenablement face à la damoiselle puis s'inclina. Il attendit patiemment qu'elle lui rende son pass, réfléchissant, il devait la remercier autrement, de simple mots ne suffirait pas, cela devait être quelque chose de plus grand, un réel cadeau. Il se mit alors à parler.


-Mademoiselle, me permettriez vous de vous récompensez d'une façon plus convenable, je pense que vous m'avez réellement sauver, sans vous j'aurais été forcé de travailler encore et encore sans jamais pouvoir profiter d'une fuite pour m’échapper. Vous pouvez me réclamez n'importe quoi, je vous l'offrirait avec plaisir.


Par la suite il observa les lieux, la foule semblait se dissiper après tout cela, il était clair qu'il avait eu leurs spectacle et que désormais rien de plus ne pourrais les couper leurs train train quotidien. Elyin trouvait cela quelque peu déprimant, il aurait aimé que les gens de cette ville s'émerveille plus de leurs vie, il était désireux de voir quelque chose d'incroyable, de vivant, d'ultime et impressionnant. Il serait selon lui parfaitement intéressant d'enfin obtenir quelque chose de nouveau, d’excitant, qui stimulerais l'envie de vivre de ses êtres presque mort intellectuellement, il ne voyait que des espèces de cadavre vivant. Il ne pouvait tolérer l’existence d'être inerte, il aurait aimé les faire bouger, il glissa sa main dans sa poche et joua avec ses cartes, devait il essayé de faire quelque de les mouvoir, de les forcer à vivre. Il n'était pas sur de lui, il devait peut être espérer faire venir une arcane. Il imaginait déjà la magnificence que celle ci produirait, mais il ne pouvait définitivement pas faire cela aussi simplement, il ne savait pas ce qui sortirait. Il aurait pu faire bien pire que tout cela. Il aurait pu mettre fin à la vie de chaque personne présente dans cette rue de façon involontaire, il trouvait cela dommage. Il espérait réellement sortir la bonne carte, il la tenait au bout de ses doigts, sans la sortir.

Elyin D. S. Ravpryde a effectué 1 lancé(s) d'un (premier dé(colonnes).) :
Elyin D. S. Ravpryde a effectué 1 lancé(s) d'un (Second dé (lignes).) :
Elyin D. S. Ravpryde a effectué 1 lancé(s) d'un (Troisième dé(Arcane).) :


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lagoonlaw.superforum.fr




Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Sang précipitation [pv Ely]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sang précipitation [pv Ely]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Don de sang
» Monture sang-froid et homme lézard
» création de sang
» PAS DE FAUX RHUM , SANG , KAKA , KOK .......
» Il ne faut pas boire de sang.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lagoon Law ::   :: La zone commerçante.-